Rejoignez nous sur le serveur discord du forum!

Serveur discord

Bienvenue à Juillard

Ouvrir

Ma princesse des sables

Sujet: Ma princesse des sables Mar 2 Juil - 19:59
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien


Les journées étaient de plus en plus chaudes, ça devenait compliqué de tenir au garage. C’était comme dans un four, je crois même que dans certain four il pouvait faire plus frais que sous les taules de ce maudis garage. On essayait de se relayer, et d’arriver un peu plus tôt pour pouvoir partir à une heure où on ne crèvera pas sous une taule.

Aujourd’hui c’était le jour où je pouvais partir en début d’après-midi, c’était comme un soulagement quand le collègue venait me reléguer sous la voiture. Je n’avais totalement rien de prévu, mais j’étais content de laisser tout le monde en plan et de me casser dans mon petit appart en colloc pour allez prendre une douche qui durait une bonne demi-heure.

C’était si bon, heureusement que j’étais seul pour le moment, sinon les copains ce seraient demandé avec qui j’étais sous la douche tellement c’était bon. J’enfilais un short assez simple et un t-shirt blanc imprimé avec des ailes pour rappeler combien j’aime la vitesse. D’ailleurs c’était l’occasion d’allé bruler un peu de gomme sur ce macadam en chaleur.

Je décidais de sortir ma vielle corvette, j’avais passé du temps à la retaper, mais j’étais content de moi, elle allait plutôt pas mal. J’y avais passé du temps, mais au final elle n’avait pas couté si cher que ça. En démarrant je souriais, les yeux brillant au son du vrombissement du moteur qui me donnait une extase au moins égale à la douche.

En faisant grimper le volume de la radio, je faisais grimper aussi l’aiguille des kilométrages sur le compteur. C’était une route désertique, alors je pouvais me faire plaisir non ? Je faisais quand même attention à ce qui m’entourait, il ne faut pas croire que je roule comme un con sans me préoccuper du reste.

Pour dire, j’avais même vu cet engin arrêté sur le bord de la route, bien un kilomètre avant d’arriver. Heureusement, parce que c’était à peu près la distance qu’il m’avait fallu pour m’arrêter. J’avais appuyé si fort sur la pédale de frein, ça me faisait rire en même temps, et je tentais un petit drift pour le final.

La seule chose que je n’avais pas calculée, c’était la poussière, presque du sable sec tout le long de la route. Et quand la voiture faisait son dérapage pour l’arrêt, un nuage plus grand que ma propre voiture venait submerger le véhicule sur le bas-côté que j’étais venu dépanner. Pendant une dizaine de seconde on avait la poussière pour nous bruler les yeux, même lorsque j’ouvrais ma portière.

Je cherchais le véhicule, la personne arrêté au détriment du nuage en pouffant quand même de rire face à la situation. Quand je distinguais la fille, elle avait un visage qui ne m’étais pas inconnu. Des cheveux rouge comme … Gaïa. Je toussais, comme pris à la gorge par ma propre poussière, en attendant même que celle-ci se dissipe pour voir la fille dont les cheveux devaient ressembler à une plage en plein mois d’été.

- Gaïa, c’est toi ?

D’accord, c’était pas si drôle, mais la tête qu’elle faisait, je ne pouvais pas m’empêcher de rire. Je ne l’avais pas revenue depuis … depuis Ben. Elle avait été LA fille qui m’avait fait découvrir les plaisirs de la vitesse, les plaisirs du corps. Et si j’avais pu y gouter, juste histoire de comparer avec deux autres, je dois dire que ça restait la numéro 1 de mes expériences pour l’instant.

- Qu’est ce qui t’arrive ? On dirait que vient de faire un 24h du mans.


@Gaïa Hamilton
Sujet: Re: Ma princesse des sables Dim 14 Juil - 19:06
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Avec ses jours de soleil, Gaïa avait eu de la chance d’avoir un peu de repos entre plusieurs courses, il faut dire que c’était la saison car en hiver c’était parfois un peu plus compliqué. Quoi qu’il en soit, elle profitait de ce temps pour voir ses parents ainsi que son frère et sa soeur, c’était toujours plaisant de passer un peu de temps en famille, au calme au milieu de tout ce bordel. Elle avait passé quasiment la totalité de l’après-midi en compagnie de son père au garage, ca lui permettait d’en apprendre un peu plus sur la mécanique car ce n’était pas non plus son point fort, elle avait des bases mais rien de plus. Disons qu’elle touchait plutôt à des motos qu’à des voitures aussi, elle les trouvait beaucoup trop ennuyante et même si on lui présentait les plus gros modèles.

Une fois sa journée terminée, la rousse avait prévu de faire un petit tour sans aucun but mais simplement histoire de prendre de la route avec un peu de musique et rien d’autre. Pour cela, elle avait préféré prendre une des vieilles bagnoles de son père, ne voulant pas salir sa moto dans les routes désertes sachant qu’elle avait passé beaucoup de temps à la nettoyer et qu’elle n’avait pas non plus le courage de se rendre dans son garage pour en récupérer une autre. Au moins, ca lui permettait aussi de changer un peu et de rouler plus doucement car elle savait à quel point sa mère était inquiète de la savoir dans ce métier mais ce n’est pas aujourd’hui qu’elle allait arrêter, bien au contraire… Elle n’est qu’au début de sa carrière et espère encore aller loin. Elle sort donc de chez ses parents puis roule tranquillement dans les rues de New York, s’éloignant de la ville pour rejoindre la campagne qui était beaucoup plus agreable, ca lui permettait aussi de déconnecter un peu et de profiter d’un beau paysage.

Seulement, elle n’avait pas calculé que la voiture aurait pu avoir un problème en plein milieu d’une route déserte que quasiment personne ne prenait. Malgré le voyant qui s’allumait, elle s’était dit qu’elle arriverait sûrement à repartir tranquille mais finalement, elle est tombée en panne quelques mètres plus tard et elle a juste eu le temps de se garer sur le bas côté. Enervée, elle sortit donc du véhicule en claquant la porte. -

Putain, j’aurai dû prendre mon bébé finalement ! On ne peut pas faire confiance à ces tas de ferrailles.

- Déterminée, elle ouvrit donc le capot et commença à chercher d’où venait le problème au cas où elle pourrait le régler plutôt que d’appeler son père pour venir l’aider. Enfin, c’était sans compter sur l’arrivée d’une voiture qui freina sec près d’elle avant de faire un drift pour pouvoir se garer, c’était stylé elle devait l’avouer mais la fumée qu’il avait déclenché l’était beaucoup moins. Elle se mit à toussoter en fermant les yeux pour ne pas avoir un nid de poussière à l’intérieur. Elle ne voyait absolument rien mais elle avait entendu le bruit de la portière qui venait de s’ouvrir. -

Tu devrais faire encore plus de poussière la prochaine fois.

- Elle lâcha un soupire avant que le nuage de fumée se dissipe peu à peu. Elle vit alors un jeune homme s’avancer vers elle mais il n’était pas encore assez proche pour qu’elle puisse distinguer clairement son visage et savoir qui il était. Finalement, c’est lorsqu’il prononça son prénom que la demoiselle haussa un sourcil. Après un petit temps à ne rien dire, elle a finalement reconnu finalement le visage d’Isaac qu’elle n’avait pas vu depuis quelques années déjà. C’était vraiment la dernière personne qu’elle avait envie de voir. -

Mon dieu… Dites moi que c’est une blague.

- Elle croise les bras contre sa poitrine pendant qu’il s’avançant pour venir à côté d’elle, elle n’allait certainement pas l’accueillir à bras ouvert alors qu’il ne lui avait pas donné de nouvelle du jour au lendemain. -

Et toi, qu’est-ce qu’il t’est arrivé? Bizarrement je croyais que tu étais mort.

- Il est connu que Gaïa n’avait pas sa langue dans sa poche donc elle n’avait pas pu s’empêcher de faire ce genre de remarque à celui qui l’avait lâchement abandonné alors qu’elle aurait aimé quelque chose de sérieux pour la première fois de sa vie. -

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Lun 15 Juil - 10:11
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien


En effectuant mon dérapage finalement qu’à moitié contrôlé, je m’arrêtais aux côtés de cette fille qui ne m’était pas inconnue. Je mis quelques secondes avant de distinguer son visage derrière le nuage de poussière, mais pas de doute, c’était ma Gaïa. Je souriais en entendant sa voix, la vérité c’est qu’elle m’avait manquée, mais je ne pouvais pas lui avouer ça.

- C’est Isaac, pour les intimes !

La belle faisait l’étonnée, comme si quelqu’un d’autre avait pu réussir à lui en mettre plein la vue de cette façon ? D’accord j’aimais bien faire le paon avec elle, même si quand je groupe n’était pas là, on avait vécu des moments plutôt intimes.

Quand j’étais parti à la demande de Ben, je n’avais pas trouvé le courage d’annoncer ça à Gaïa … C’était une grande fille, elle aurait dû comprendre, non ? J’avais rêvé plein de fois de la revoir, alors qu’elle était juste à plusieurs pâtés de maison, je savais où la retrouver. Aujourd’hui j’étais content que ce nuage de fumée tamise nos expressions, de façon à ce que les doux traits de son visage soient plus facile à redessiner dans mon regard.

- Mort ? Vilaine, et tu ne serais même pas venu à mon enterrement ?

Est-ce qu’elle voulait que je lui dise que je suis désolé ? Que c’est Ben qui a demandé que je ne revois plus sa sœur ? Eluder la question c’était tellement plus facile, et moins dégradant pour notre relation passée. Je me contentais de la regarder, le nuage avait presque totalement disparu et je pouvais me rendre compte à quel point elle était encore plus belle que dans mes souvenirs.

- Le jour de mes funérailles, je veux que tu te trouve une belle robe noire. Pas juste un cuir noir comme tu aimes porter, une vraie robe, avant de monter au ciel je serai heureux de cocher une dernière case à ma liste ! Voir Gaïa en robe.

Moi, j’étais en train de me faire tout un film ? En tout cas j’arrivais à imaginer les courbes que j’avais déjà pu caresser sur son corps à nu, remplir à merveille une robe noire et moulante. J’affichais un grand sourire, fier de ma bêtise avant de me tourner vers cette voiture qui semblait avoir un petit problème pour repartir seule. Je reconnaissais très bien celle que j’avais déjà bricolé avec son père à l’époque où je n’étais pas encore banni de la maison Hamilton.

- Dis donc, papa sait que tu as embouti sa voiture dans le désert ?

Sujet: Re: Ma princesse des sables Jeu 18 Juil - 17:04
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Le brun se contenta de lui rappeler son prénom, comme si elle avait pu l’oublier depuis tout ce temps enfin… Cela n’avait été que quelques mois. Elle leva les yeux au ciel, agacée par son comportement qui n’avait pas changé alors que pourtant, ca l’amusait plus qu’autre chose auparavant. Toutefois, elle avait trop de rancoeur envers lui à l’heure actuelle pour faire comme si de rien et surtout pour rire à ses blagues. -

Parce que tu crois que j’ai oublié ton prénom? Je n’oublie pas les personnes aussi facilement que toi, moi.

- Et une remarque de plus, il allait s’en prendre encore s’il voulait rester ici mais c’était bien dans le but qu’il s’en aille. En vérité, il n’aurait peut-être pas dû s’arrêter car elle se retrouvait coincée ici sans pouvoir partir puisque sa voiture n’avait plus envie de démarrer et qu’elle pouvait vite perdre patience… Comme si c’était fait exprès qu’il passait sur cette route en même temps d’ailleurs. En plus il avait l’air de se moquer d’elle en lui disant qu’elle n’aurait même pas assisté à son enterrement si c’était le cas mais surtout qu’il aimerait qu’elle porte une robe noire le jour où ca arrive. Comme si elle lui laisserait ce plaisir là et puis le jour où elle en porterait une n’était pas encore arrivée. -

Peut-être que dans tes rêves ca arrivera ! Mais tu te réveilleras bien vite pour te rendre compte que dans la réalité, ca n’arrivera jamais.

- Sans plus attendre, elle reprit donc son attention sur le moteur de sa voiture. Elle devait pouvoir la réparer elle-même pour pouvoir vite partir et ne plus passer une minute de plus en sa compagnie. Dans tous les cas, elle n’avait pas besoin de son aide, hors de question… Elle avait bien trop de fierté pour cela. D’autant plus qu’elle avait pour habitude de se débrouiller seule, évoluant dans ce monde masculin, elle n’avait plus aucune confiance en eux. Elle essayait de se concentrer en se disant que ce n’était pas la première fois qu’elle mettait les mains dedans car elle l’avait fait de nombreuses fois avec son père mais elle ne pouvait pas nier que les voitures n’étaient pas son terrain de jeu. En revanche, elle était incollable sur les motos qui à ses yeux étaient bien meilleures. -

Tu peux partir, je me débrouille très bien toute seule et puis ce n’est pas ton problème.

- Elle accepterait encore moins de l’aide venant de la part d’Isaac, le lâche qui l’avait laisser tombé sans rien lui dire. Si elle devait quelqu’un ce serait uniquement son père ou alors son frère même si elle devait attendre plus longtemps sur le bord de cette route sous cette chaleur. - .

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Jeu 25 Juil - 10:56
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien


Depuis ces quelques années où on ne c’était pas revu, j’avais gardé un souvenir plus qu’agréable des moments passés avec ma belle aux cheveux rouges. Ils étaient peut-être même un peu moins vifs à l’époque, le rouge de ses cheveux avait dû augmenter avec la rancœur dont Gaïa semblait faire preuve aujourd’hui.

- Ma mémoire ne fonctionne pas si mal.

Je pensais même pouvoir me vanter du fait qu’elle était excellente. Si j’avais des lacunes qui pouvaient m’handicaper parfois, la mémoire n’en faisait pas partie. Je souvenais de tout, absolument … et pour lui prouver je me rapprochais de mon amie, lui parler plus bas, même si dans ce désert personne ne pourrait nous entendre à des kilomètres à la ronde.

- Je me souviens de ce grain de beauté, juste … là

Avec mon index, je pointais son cou, sans la toucher, mais pas loin d’elle, je descendais mon doigt, tout doucement en prenant la direction de son sein, la direction de ce grain noir sur son corps dont j’avais toujours un excellent souvenir. Je sais que ça l’exaspérerait, c’était le but à la fois, même si je voulais signifier que pour moi ça restait des bons souvenirs.

Continuant à la déshabiller du regard, ou plutôt l’habiller pour le coup, imaginant une jolie robe noir par-dessus ce corps qui m’attirait toujours autant, je jouais avec nos souvenir, avec nos sentiments, sans imaginer à quel point je lui avais fait du mal… C’était son frère Ben qui m’avait demandé … Les potes avant les meufs, c’était la règle.

Gaïa avait toujours été cette femme forte et indépendante, mais je sais que derrière son petit jeu de garçon manqué, on avait quand même un cœur tendre et plus fragile qu’elle ne voudrait le montrer. Je souriais, en me tournant vers la voiture qui restait à l’arrêt. Je suis sûr qu’elle pourrait se débrouiller, ma Gaïa avait de la ressource, mais je n’avais pas envie de laisser passer une excuse pour passer du temps avec elle.

- J’ai aucun doute que t’y arriverais seule. Tu sais quoi, je te regarde ! Et qui sait peut être que je vais apprendre des trucs ?


Reculant d’un pas, un sourire amusé sur les lèvres, je faisais un signe vers la jeune femme de la tête, lui indiquer que je voulais qu’elle me montre de quoi elle était mécaniquement capable. Est-ce que je devrais lui dire que j’étais désolé ? La vérité c’est que je n’ai jamais été doué avec les filles, et si je m’entendais si bien avec Gaïa, c’est justement parce qu’elle était pas vraiment une fille … si ?

- Alors ? Vas-y montre

Sujet: Re: Ma princesse des sables Ven 2 Aoû - 16:08
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Visiblement, il semblait s’amuser de la situation plus qu’autre chose, il n’avait donc aucun regret après ce qu’il avait fait?. Peut-être qu’elle n’avait été personne pour lui et que ce n’était qu’un jeu, même si c’était le départ de leur relation, elle pensait au moins qu’il ressentait quelque chose lui aussi ou au moins qu’il tenait à elle. Elle s’était trompée sur toute la ligne visiblement, il n’avait voulu que ses fesses finalement, comme les autres types qu’elle avait déjà rencontrés. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle n’avait plus d’estime pour les hommes aujourd’hui sauf pour son père qui reste son héros. Pour lui rappeler qu’il avait bonne mémoire, Isaac vient placer un doigt à quelques centimètres de son corps pour le descendre petit à petit vers l’emplacement de son grain de beauté qui se trouvait sur son sein. Ce geste lui laissa échapper un frisson, se rappelant du contact de sa main contre sa peau nue mais elle reprit rapidement ses esprits, secouant la tête. -

A quoi est-ce que tu joue?!

- Après un instant, elle finit par se reculer pour reprendre son attention sur la voiture car c’était le plus important et qu’elle n’était même pas certaine de s’en sortir. Toutefois, plus vite il partirait et plus vite elle pourrait prendre son téléphone pour appeler son père et qu’il vienne l’aider à la sortir de là. Parce qu’il faut avouer qu’elle n’avait aucune idée de comment est-ce qu’elle pouvait réparer ca mais elle avait sa fiertée et même si Isaac était mécanicien, elle ne lui demanderait certainement pas son aide. Malheureusement, il ne semblait pas d’avis à partir d’ici et il voulait même regarder ce qu’elle faisait, elle se demandait bien s’il le faisait exprès ou s’il pensait vraiment qu’elle pouvait y arriver. -

Je n’ai plus rien à t’apprendre Isaac, retourne dans ton véhicule et continue ta route. Ce sera mieux pour tous les deux.

- D’autant plus qu’il devait sûrement avoir d’autres choses à faire sous cette chaleur, autre chose que d’être coincée sur une route déserte sans aucun point d’ombre. Après un soupire, elle commença enfin à se pencher pour voir ce qui clochait dans ce moteur, c’était sûrement la dernière fois qu’elle prendrait un volant entre ses mains, les guidons sont beaucoup plus fiables et elle en avait encore la preuve. Surtout qu’elle connaissait mieux leur mécanique aussi car là, elle avait beau regarder un peu partout, elle ne parvenait pas à trouver de où est-ce que ca pouvait venir. Espérons que pendant ce temps là, il perd patience et décide de s’en aller mais il allait bien vite se rendre compte que Gaîa ne savait pas faire grand chose dans ce tas de ferraille. -

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Jeu 8 Aoû - 15:42
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien
La situation m’amusait, plus qu’elle ne semblait amuser ma vieille amie en tout cas. J’avais des souvenirs plein la tête et la revoir c’était vraiment une belle surprise pour moi. J’espérais dans le fond qu’elle aussi serait heureuse de me voir, mais j’avais le droit à un visage impassible et un mouvement de recul quand je m’approchais trop.

- C’est un jeu qui te plaisait à l’époque.

Un peu moins à son frère Ben, mais il n’était pas là … Il n’en saurait rien si je venais à embrasser sa sœur ici, au milieu de nulle part ? Je crois que ma chance était passée, même si je voulais l’embrasser je ne suis pas certain qu’elle se laisserait faire. Alors je me contentais de répondre à son besoin, en imaginant qu’elle accepterait mon aide.

Ça c’était sans tenir compte du caractère autoritaire et butée de la belle rebelle. Est-ce qu’elle savait que je bossais dans un garage maintenant ? La dernière fois qu’on s’était embrassé c’était encore dans celui de son père. Je me souviens même de cette voiture dans laquelle on aurait pu le faire si on n’avait pas failli se faire surprendre.

Je soupirais, en me disant que c’était bien dommage, je commençais à regréter de ne pas m’être battue pour elle. Est-ce que je n’aurais pas dû braver l’avis de mon pote ? En tout cas je ne la laisserais pas se débrouiller sans moi. Elle avait les yeux rivé sous le capot, comme si elle attendait timidement que je m’en aille, sans affronter mon regard.

- Peut-être que c’est à mon tour de t’apprendre des trucs ?

Je n’étais plus ce garçon désinvolte et tête brulé que j’étais à l’époque. Enfin encore un peu, mais j’aimais à croire que j’étais devenu plus réfléchi. En me collant près de gaïa, je la poussais d’une fesse avec la mienne en prenant plus de place devant le moteur. J’attrapais un mouchoir dans ma poche pour venir essuyer un peu la merde autour, avoir plus de visibilité.

- On dit qu’un moteur c’est comme une femme, il faut en prendre soin si on veut en tirer quelque chose.

En faisant de l’espace autour du carburateur j’essayais de voir s’il y avait quelque chose qui déconnait. Mais à priori ça avait l’air normal de ce côté-là, si c’était propre maintenant, du moins assez pour qu’on puisse remarquer un truc, je restais perplexe, en continuant mon exploration un peu plus loin que le moteur.

- Tu peux essayer de mettre le contact ? Que je regarde ce que ça donne.
Sujet: Re: Ma princesse des sables Jeu 15 Aoû - 13:48
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Est-ce qu’il était vraiment entrain d’essayer de l’apaiser en lui rappelant le passé? C’était clairement la mauvaise méthode et si elle avait une voiture qui fonctionne, elle se serait sûrement barré à toutes vitesses pour ne pas le revoir plus longtemps. Il était le dernier qu’elle avait envie de voir aujourd’hui. Elle lâche alors un long soupire à ses mots, signe qu’elle était agacée par son comportement. Elle releva d’ailleurs les yeux vers lui un instant. -

Le passé c’est le passé, laisse le où il est.

- Elle ne tombera plus dans le panneau une seconde fois, il avait préféré partir alors il avait perdu sa chance. Bien qu’elle ignorait totalement que c’était son frère qui lui avait mis la pression pour qu’il stoppe leur relation même si elle savait qu’il n’en était pas ravi, jamais elle n’aurait pu imaginer qu’il aurait pu aller jusque là. Quoi qu’il en soit, le mal est fait. Après avoir bidouillé quelques minutes sous le capot, Gaïa se rendit à l’évidence qu’elle ne pourrait rien faire jusqu’à ce qu’Isaac ne prenne finalement toute la place devant le moteur. Elle finit donc par se reculer pour le laisser regarder, s’avouant vaincu pour le moment même si elle n’avait pas dit son dernier mot. Plus vite il pouvait la réparer, plus vite elle pourrait s’en aller. Elle reste derrière lui en croisant les bras contre sa poitrine avant d’exploser de rire suite à sa remarque à propos du moteur et des femmes. -

C’est vraiment ironique venant de ta bouche! Tu devrais plutôt rester avec les moteurs plutôt qu’avec les femmes dans ce cas, tu ne sais pas y faire avec elles.

- Dans d’autres circonstances, elle n’aurait pas ri ainsi car c’était tout de même une phrase assez macho. Seulement, venant de la bouche d’Isaac, elle ne pouvait que rire sachant comment est-ce qu’il s’était comporté avec elle il y a maintenant des mois de cela. Toutefois, ca ne semblait pas le perturber plus que cela, c’est finalement qu’elle n’était rien à ses yeux mais aujourd’hui ca n’avait plus aucune importance. Elle vient donc s’asseoir sur le siège côté conducteur pour démarrer le contact en espérant qu’il trouve ce qu’elle pouvait avoir, elle n’avait certainement pas envie de se retrouver dans le désert avec lui ou coincé dans la même voiture. Il en était tout simplement hors de question, elle préférait même rentrer à pied s’il le faut. -

Alors?

- Dit-elle en penchant sa tête pour pouvoir l’observer de derrière la portière afin de voir s’il avait trouvé quelque chose ou non. -  

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Ven 23 Aoû - 11:06
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien
Ça me faisait plaisir de la revoir, et je ne me rendais pas compte tout de suite de l’amertume dans la voix, les gestes de mon amie. La dernière fois que je l’avais vue elle était encore cette fille super cool, une déesse de la moto, une déesse tout court dont j’avais su m’attirer toutes les grâces, alors pourquoi ça avait changé ?

Elle me demande de laissé le passé dans le passé, et sur le coup je ne réagis pas, mais ça m’interpelle. Elle n’était pas du genre à se prendre la tête, enfin pas avant, est ce qu’elle avait changée ? Pas question de partir en tout cas, je lui demandais de se pousser pour que je regarde le moteur, lui expliquant qu’il ne fallait pas rigoler avec ça.

- Hé ! Tu n’as pas toujours dit ça.

Gaïa c’était une fille avec qui on pouvait faire des blagues de mec, enfin à l’époque ça la faisait même rire. Je la voyais comme un super pote de garage, sauf que c’était un pote avec le sourire enivrant et une paire de sein. J’aimais tout chez elle, mais c’était surtout ce côté un peu garçon manqué qui m’avait séduit en premier.

Je lui demandais de passer derrière le volant pour démarrer la voiture, m’intriguant surtout par sa façon de réagir plutôt que du moteur qui lui ne réagissait pas. Est-ce que Gaïa était devenue une de ces filles chiantes qui se prend trop la tête maintenant ? J’étais perturbé, trop pour être efficace devant le moteur.

- Nan, rien…

Le regard vide, je scrutais sous le capot encore quelques secondes avant d’arrêter de faire semblant. Je fais le tour de l’autre côté et ouvre la portière pour venir m’assoir du côté passager de cette voiture qui ne roule plus. Je tourne me visage vers la conductrice en soupirant, las et curieux de savoir ce qu’elle était devenue.

- Qu’est-ce que t’a fait de ma Gaïa ? Ma Gaïa fougueuse et déjantée ?

C’était l’inanité de la belle qui m’inquiétait plus que la voiture. C’était pas le genre de fille à raconter sa vie, mais d’habitude elle avait confiance en elle, elle avait un sourire espiègle qui disait à tous d’aller se faire enc … enfin, voilà.  Aujourd’hui j’avais une Gaïa presque triste, assez pour que je trouve ça inquiétant. J’avançais ma main au niveau de sa joue, essayant de la caresser avec deux doigts.

- Bébé …
Sujet: Re: Ma princesse des sables Lun 2 Sep - 17:03
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Alors qu’elle avait démarré la voiture pour allumer le moteur pendant qu’Isaac s’occupait de regarder à l’intérieur afin de voir ce qui n’allait pas, elle se demandait sur combien de probabilité elle pouvait tomber justement sur lui et pas quelqu’un d’autre mais surtout qu’ils soient sur cette même route déserte au même moment. Il était clairement la dernière personne qu’elle avait envie de revoir depuis qu’il s’était tiré comme un lâche. A croire que la malchance était de son côté aujourd’hui entre ca et cette foutue bagnole qui ne démarre plus… Elle attendit un petit moment avant de lui demander s’il voyait quelque chose mais visiblement rien, ce n’est pas maintenant qu’elle allait pouvoir se sauver…

Finalement, le brun avait décidé de venir la rejoindre dans la voiture, prenant place sur le siège côté passager. Il avait vraiment envie de tester sa patience visiblement… Il devait pourtant savoir qu’elle n’en avait pas énormément. Son regard se tourna donc vers lui alors qu’elle secoua la tête dans un rire suite à sa question. Il osait lui demander pourquoi elle était ainsi alors qu’il n’y a que lui qui avait cette réponse, à croire que pour lui tout avait été simple finalement. Elle regarda à nouveau face à elle pour ne pas le regarder davantage alors qu’elle sentit sa main s’approcher de sa joue. Elle ne bougea pas, se laissant faire dans un premier temps. Elle aurait aimé pouvoir profiter de ce contact un peu plus mais elle n’avait pas le droit. Hors de question d’être faible face à lui, elle se devait d’être forte comme elle l’avait fait jusqu’à présent. Après tout il faisait parti de son passé, il en avait décidé ainsi. D’un geste de main, elle attrapa donc son poignet. -

Ne me touche pas Isaac et ne m’appelle pas ainsi. Cette Gaïa est restée là où tu l’as laissé il y a 2 ans. Je vais appeler mon père pour qu’il vienne me chercher.

- Dit-elle avant de repousser sa main vers lui. Elle attrapa ensuite son téléphone, essayant de téléphoner à son père pour qu’il puisse venir la chercher ou simplement réparer la voiture s’il y a arrivait… Depuis le temps, elle ne devait plus avoir de secret pour lui après tout. Malheureusement, cette route était bien trop déserte pour capter le moindre réseau et elle tomba aussitôt sur la messagerie. Elle lâcha donc un long soupire en balançant son téléphone à l’arrière. -

Merde! foutue bagnole à la con.

- Elle était clairement entrain de se jurer intérieurement que c’était la dernière fois qu’elle prenait une voiture pour se rendre quelque part. Elle se retrouvait désormais coincer avec Isaac en plein milieu de nul part, sans pouvoir contacter personne et sous une chaleur insupportable. Quelle joie. -

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Mar 10 Sep - 15:08
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien
Je ne comprenais pas la réaction de Gaïa, de mon point de vue j’avais imaginé que j’appuyais sur pause, pour faire plaisir à Ben, mais je n’avais pas prévu une marche arrière. Quand je caressais la joue de mon amie, le contact de sa peau faisait revenir pleins de souvenir en moi, le temps de quelques secondes, juste avant qu’elle ne repousse ma main.

- Att …

Avant même que je puisse réagir elle était sortie de la voiture son téléphone à la main. Ma belle aux cheveux rouges était en colère, à cause de moi, ou de la voiture ? Ce qui était sur c’est que je trouvais ma Gaïa fougueuse, mais pas comme je l’avais espérée. J’étais resté dans la voiture à la regarder s’éloigner, pestant, du moins je le déduisais à ses gestes seule avec son téléphone.

Ça m’aurait fait rire à une époque, mais je ne pense pas avoir encore le droit de me moquer d’elle, pas comme ça. Je la regardais, mais elle n’avait pas l’air de vouloir revenir vers moi. Pourtant elle avait ranger son téléphone, et scrutait l’horizon. J’attendais quelques secondes encore avant de me décider à sortir.

De toute façon on était coincé là, enfin non, elle, c’est tout. Je suis bête, j’ai ma voiture ! Et ce petit détail me faisait retrouver le sourire. Je faisais un signe à Gaïa, mais elle ne me regardait pas, alors je montais dans ma voiture en la démarrant rapidement. Le moteur montait dans les tours, mais j’essayais de ne pas être trop brusque cette fois, pour m’arrêter vers elle sans l’éclabousser.

- Je te dépose quelque part ma belle ?

La fenêtre était ouverte, le contact toujours allumé, j’attendais que mademoiselle monte dans la voiture pour la conduire ailleurs. Elle n’allait pas faire quoi de toute façon toute seule ici ? J’accélérais sans avancer, pour faire vrombir le moteur et lui montrer à ma façon que ne comptait pas attendre 1000 ans qu’elle se décide.

- Allez putain, monte. Tu vas pas rester toute seule ici.
Sujet: Re: Ma princesse des sables Jeu 26 Sep - 15:42
Gaïa Hamilton
Gaïa Hamilton
Messages : 37
A NY depuis le : 27/06/2019
Age : 23
Je vis à : Elle est à New York depuis sa naissance, c'est sa ville et elle en est fière.
Je suis : Pilote de moto, sans cesse à la recherche d'adrénaline et de nouveau défis.

Ma princesse des sables

ft. Isaac Cornway


« Sometimes you win, sometimes you learn. »
- Essayant de contenir son énervement comme elle le peut puisque de toute façon ca ne servirait pas à grand chose, elle s’était finalement décidé à sortir une clope qu’elle alluma rapidement pour essayer de se calmer. Elle ne faisait même plus attention à Isaac qui était resté dans la voiture pendant ce temps-là. Enfin d’un côté, c’était mieux pour lui car ca lui évitera de subir son énervement, déjà qu’elle n’était pas ravie que cette putain de bagnole ait décidé de lâcher pile au moment où elle a décidé de se balader avec elle mais disons que l’homme qui se trouvait dans les parages au même moment n’était pas vraiment celui qu’elle avait espéré revoir ou peut-être un peu mais elle n’allait certainement pas le dire. Le karma était vraiment contre elle aujourd’hui en tout cas.

Elle entendit un bruit de portière, signe qu’il était finalement sorti puis une deuxième et elle se retourna brièvement pour voir ce qu’il était entrain de faire, il avait décidé de se rendre dans la sienne, il avait enfin prit la décision de s’en aller. Seulement lorsqu’elle vit qu’il s’arrêta juste à sa hauteur avant d’ouvrir la vitre la plus proche d’elle pour lui demander s’il pouvait la déposer quelque part, elle comprit qu’il n’avait pas encore prit la décision de la fuir malgré ce qu’elle lui disait depuis tout à l’heure. Elle finit par lâcher un soupire, elle n’avait plus vraiment le choix de toute façon car elle n’avait pas de réseau et elle n’était pas certaine de croiser quelqu’un d’autre sur cette route déserte. La lionne devait s’avouer vaincu pour cette fois mais ce n’était que partie remise. Elle finit par jeter sa clope au sol, l’écrasant par la même occasion avant de grimper dans la voiture. Fermant à clé celle qui ne fonctionnait plus au passage, elle viendrait la récupérer plus tard avec son père qui avait le matériel. -

Ramène moi chez moi.

- On repassera pour l’amabilité, de toute façon elle n’avait pas envie de lui montrer le moindre signe de gentillesse ou autre. Elle s’était faite avoir une fois et c’était hors de question que cela recommence une seconde fois. -  

@Isaac Cornway

code by ORICYA.

Sujet: Re: Ma princesse des sables Mar 8 Oct - 14:27
Isaac Cornway
Isaac Cornway
Messages : 44
A NY depuis le : 18/06/2019
Age : 21
Je vis à : New-York
Je suis : Mécanicien
Quand je lui faisais essayer de redémarrer la voiture, j’étais soulagé quelque part que cette dernière ne montre aucun signe de coopération. En fait, ni la voiture, ni sa conductrice n’était coopérante, et l’une comme l’autre, j’avais décidé d’essayer de la faire repartir de plus belle.

Il faudrait que j’aille chercher la dépanneuse, et je pourrais m’occuper de la voiture calmement, et en attendant je m’occuperais de la belle Gaïa un peu moins calmement. En récupérant ma voiture, j’avançais jusqu’à la boudeuse pour lui demander de mettre de côté sa cigarette et sa rancœur avant de monter dans la voiture avec moi.

C’est fou ce que son petit, enfin gros côté, lunatique et autoritaire me rendait dingue, encore maintenant. Gaïa écrasait sa clope au sol avant de verrouiller l’autre caisse et de monter sans se démunir de sa hargne. Quand elle crachait son venin j’avais envie de la plaquer contre le siège pour l’embrasser avec force, mais la première claque avait suffi à me calmer tout à l’heure.

- La maison de tes parents ?

La dernière fois que j’avais visité sa chambre, c’était encore celle au fond du couloir, je m’en souviens bien, trop peut-être. En sortant du garage, il y avait un long couloir avec les toilettes, la salle de bain, la chambre de Ben et puis en dernier, celle de Gaïa. Combien de fois je m’étais trompé de chambre, au lieu d’aller voir Ben, j’entrais chez Gaïa … sans frapper, c’était plus drôle.

- Je sais pas où c’est, chez toi ?

Mais l’idée de la raccompagné chez elle ne me déplaisait pas. J’étais curieux de voir à quoi ressemblait cet endroit où habitait maintenant la motarde. La voiture toujours arrêté, je la regardais faire semblant de bouder en attendant qu’elle me dise où elle voulait que je l’arrête. Sinon on pouvait aussi allez chez moi !

- Tu sais que je bosse dans un garage maintenant ? Je peux venir récupérer la voiture avec la dépanneuse, je devrais avoir les outils qu’il faut pour te réparer ça sur place.

Combien de fois son père m’avait aidé quand j’étais en panne avec ma voiture à l’époque, je lui devais au moins ça. Mais la question ça n’était pas tant la voiture, et si je me pointais là-bas, il faudrait que je prie pour que Ben n’y soit pas. Dévisageant une dernière fois mon amie aux cheveux rouge, je démarrais ma voiture.

- Tu sais que ça a toujours été mon fantasme, que tu me fasses le coup de la panne ? J’avais pas imaginé ça ici, mais …
Sujet: Re: Ma princesse des sables
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum